Pour la santé, le climat et l’emploi, plus que jamais :

Taxons la spéculation !

L’équipe médicale du Parlement m’a demandé avec insistance d’arrêter ma grève de la faim, « pour éviter un dommage permanent ». Aller jusqu’au bout de la 3ème semaine de grève augmente nettement le risque de faire des malaises. Et si je fais un malaise au Parlement européen, ils m’enverront immédiatement aux urgences. Or, je l’ai dit dès le premier jour : mon but est d’obtenir des budgets supplémentaires pour les hôpitaux en détresse, et non pas d’encombrer les urgences. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’arrêter aujourd’hui, samedi 14 novembre, ma grève de la faim. Elle aura duré 18 jours.

C’est par le biais d’une centaine d’articles publiées dans plus de 15 pays, des reportages télé dans 12 pays d’Europe et des vidéos qui ont totalisé plus de 5,2 millions de vues sur internet que cette grève de la faim aura permis d’alerter un bon nombre de citoyens sur ce qui se joue aujourd’hui, pour la prochaine décennie, et sur les solutions pour financer bien davantage la santé, le climat et l’emploi. L’accord intervenu cette semaine sur le budget de l’UE pour les 7 prochaines années ouvre de petites brèches, mais n’est du tout pas à la hauteur des urgences sanitaire, climatique et sociale. (voir ma réaction complète ici)

Plus que jamais, le combat continue.

Mardi 17 novembre, c’est avec des responsables d’associations et de syndicats, avec des élus de toutes sensibilités que nous vous présenterons le lancement collectif de  l’Acte II de cette campagne.

Les journalistes sont invités à une Conférence de presse commune

ce mardi 17 novembre à 11h (par visio*)

*Inscription : https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZckfuugpzMjH9SuqJzQZaWAAsDbcvfvndHG

Et toutes les citoyennes et tous les citoyens sont invité.es à suivre les prochains directs vidéos.

Le prochain est prévu ce mercredi 18 novembre à 18h, sur ma page Facebook, Twitter et Youtube.

***

Angela Merkel souhaite parvenir à un accord ambitieux sur les nouveaux objectifs climatiques au Conseil européen des chefs d’Etats les 10 et 11 décembre.

Mais Angela Merkel sait que beaucoup de pays bloqueront un accord ambitieux sur le climat s’il n’y a pas de financements ambitieux. Et le seul moyen pour trouver de nouveaux financements, à la hauteur des enjeux, c’est  d’adopter enfin, à 9 pays ou plus, la directive introduisant la taxe sur la spéculation qui est sur la table depuis 2013. C’est la demande du Parlement européen exprimée à l’occasion du vote de ce vendredi 13 novembre dans le rapport sur le financement du Green Deal (voté à 68%).

Chacun de nous peut interpeller Angela Merkel, Emmanuel Macron et les autres dirigeants pour qu’ils passent enfin à l’action.

Il suffit d’aller sur www.TaxonsLaSpeculation.eu et en 2 clics chacun de nous peut envoyer un mail ou un tweet.

Je prends deux jours pour reprendre des forces auprès de mes proches et vous donne déjà rendez-vous pour le lancement de l’acte II :

Ont déjà confirmé leur participation à la conférence de presse :

  • Arnaud Schwartz, Président de France Nature Environnement
  • Camille Etienne, Militante écologiste, Porte-parole d’On est prêt
  • Philippe Laurent, Secrétaire général de l’Association des Maires de France, Président du Conseil des Communes et Régions d’Europe
  • Najat Vallaud-Belkacem, ancienne Ministre et directrice de ONE France
  • Vanik BerberianAssociation Nationale des Maires Ruraux de France
  • Jean-Luc Crucke, Ministre Wallon du Budget et des Finances,
  • Adélaïde Charlier, Militante écologiste, Co-fondatrice de Youth For Climate Belgium
  • Jon Palais, Militant écologiste, Alternatiba / ANV-COP21
  • Gaël Perdriau, Maire de Saint-Etienne, Vice-Président de Les Républicains
  • Cynthia Fleury, Philosophe
  • Patricia Martin, Mouvement citoyen Avaaz
  • Alexandre Naulot, Responsable de campagnes France, We Move Europe 
  • Nathan Méténier, Membre du groupe consultatif de la jeunesse sur les changements climatiques de l’ONU
  • Francois Boulo, Porte-parole des Gilets Jaunes de Rouen

Nous attendons la confirmation d’autres participants.

Au cours des 18 jours de grève de la faim, ces lives quasi-quotidiens ont été l’occasion d’accueillir des soutiens très diversifiés à ce combat : tant Nicolas Hulot qu’un grand banquier, ancien chef de cabinet du Commissaire européen libéral Didier Reynders et Professeur d’économie, Bruno Colmant, ainsi que Najat Vallaud-Belkacem, ancienne Ministre et directrice de ONE France, Gaël Giraud, Edgar Morin, Zakia Khattabi, Ministre belge du Green Deal, Jean-Luc Crucke, Ministre du Budget de Wallonie, du parti de Charles Michel et du groupe politique d’Emmanuel Macron, Jean-Pascal Van Ypersele et Jean Jouzel, anciens Vice-Présidents du GIEC, Philippe Geluck, auteur, Gabriel Zucman, Économiste, Professeur associé à l’Université de Berkeley, Bruno Gaccio, Auteur (Les Guignols notamment), Thierry Beaudet, Président la Fédération nationale de la Mutualité Française, Matthieu Ricard, Essayiste et photographe, Moine bouddhiste, et bien d’autres encore. L’association des Maires ruraux de France a décidé de nous soutenir, tout comme le Parlement wallon et l’Assemblée de Corse qui a voté à l’unanimité un texte de soutien au Parlement européen dans sa demande de créer au plus vite une taxe sur les transactions financières. Gilles Simeoni, le Président du conseil exécutif corse va envoyer ce texte à toutes les régions de France et un très grand nombre de collectivités en Europe.

Il nous reste un mois pour gagner la bataille. Un mois de campagne pour convaincre un maximum de dirigeants d’ici le Conseil européen des 10 et 11 décembre.