Il a lui-même rappelé que la Commission européenne estime le manque de financement climat entre 175 et 290 milliards par an – et qu’il faudrait même faire plus pour atteindre la neutralité carbone. 

Mais à 4 reprises dans la matinée il s’est contenté de dire qu’il faudrait que la BEI double ses prêts climat, ce qui signifie seulement 15 milliards de plus par an. On est très loin du compte. 

Au-delà de ces 15 milliards, il espère un effet levier (le secteur privé compléterait jusque 45 milliard) mais hélas beaucoup d’experts doutent de cet effet de levier : le secteur d’investissement clé c’est l’efficacité énergétique, il n’est pas du tout certain que ce soit assez rentable pour attirer l’investissement privé. 

Le compte n’y est vraiment pas. Plus que jamais nous sommes convaincus qu’il faut un vrai budget climat (Plan Marshall pour l’Afrique et subventions pour rendre abordable pour tous le chantier fondamental de l’isolation de tous les bâtiments) et une vraie banque du climat capable dans quelques années de prêter 300 milliards par an.

Le Groupe social-démocrate a demandé à Madame von der Leyen des garanties pour financer et donc réussir le Green Deal.